Présentation :

La Bible est-elle vraiment inspirée ? L'accomplissement exact de nombreuses prophéties depuis des siècles confirme son authenticité. La Bible révèle notre passé, notre présent et notre avenir; à nous de les découvrir !
Sauf mention contraire, les citations bibliques sont tirées de la Bible en français courant éditée par l'Alliance Biblique Universelle, 1983. A ceux qui désirent copier et publier des articles, je leur demande de mentionner le titre et le lien URL de l'article, ainsi que le nom de l'auteur. Les commentaires anonymes et non signés ne seront plus publiés. Merci et bonne lecture.

dimanche 12 mai 2013

Le peuple de Dieu, quel est-il et où se trouve-t-il ?

Introduction

Il y a dans le monde, aujourd'hui, un peu plus de deux milliards de chrétiens, toutes obédiences confondues, dont une grande majorité de Catholiques et de Protestants; puis des Orthodoxes, des Arméniens, des Coptes, des Évangélistes, des Mormons, et une multitude d'églises et de congrégations différentes se réclamant aussi du christianisme.
Et comme chacun sait, tous ces croyants, quoique issus de confessions différentes, déclarent baser leur enseignement et leur foi sur le même livre saint : la Bible, qui pour les chrétiens est constituée des livres de la Première Alliance (l'Ancien Testament) et de ceux de la Nouvelle Alliance (le Nouveau Testament).

Puis, parmi les quatorze millions de Juifs habitant dans le monde et en Israël, il y a plusieurs millions de croyants adhérant au Judaïsme, qui ne reconnaissent que la Bible hébraïque (l'Ancien Testament des chrétiens).

Mes amis, il n'est pas du tout dans mon intention de critiquer d'une façon ou d'une autre la foi et l'espérance de tous ces croyants qui sont, à n'en pas douter, pour la grande majorité d'entre-eux, fidèles à leur engagement et sincères dans leurs convictions. Il est d'ailleurs tout à fait certain que la plupart de ces églises, congrégations et religions détiennent un certain nombre de vérités et de croyances véritablement fondées sur les Écritures.

La religion et les croyances de chaque homme et femme doivent être tolérées par tous, pour autant qu'elles soient respectables; et nous n'avons certainement pas le droit de juger qui que ce soit pour ses idées et sa foi.
Mais, reconnaissons-le : nous ne pouvons pas avoir tous raison, car le Seigneur, lui-même, avait déclaré qu'il bâtirait son Église (c'est-à-dire son Assemblée) et que celle-ci subsisterait jusqu'à son retour. Qui plus est, cette église devait être de taille modeste et sans grande puissance :

« Et moi, je te le déclare, tu es Pierre et sur cette pierre je construirai mon Église. La mort elle-même ne pourra rien contre elle. » (Mat. 16 : 18).

« ... et enseignez-leur à obéir à tout ce que je vous ai commandé. Et sachez-le : je vais être avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde. » (Mat. 28 : 20).

« Ne crains point, petit troupeau; car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume. » (Luc 12 : 32).

Ainsi, pensez-vous vraiment que le tiers de l'humanité puisse constituer ce « petit troupeau », dont nous parle l'apôtre Luc dans le verset ci-dessus ? ...
Ceci d'autant plus que l'évangile de Luc note également que la véritable foi aura presque disparu, lorsque le Seigneur reviendra :

« ... Mais quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc 18 : 8).

Bien sûr, s'il paraît évident que ce « petit troupeau » désigne le peuple spirituel de Dieu qui est en fait sa véritable Église, nous allons découvrir néanmoins que le peuple de Dieu dans son ensemble ne se limite pas uniquement à cette église. Il y a, en effet, un peuple physique et un peuple spirituel de Dieu.

Histoire du peuple de Dieu

Longtemps après le Déluge, le Créateur de l'univers avait appelé Abraham qui accepta l'Alliance de la circoncision, tout comme le firent ensuite son fils Isaac et son petit-fils Jacob (Actes 7 : 8/Gen. 17 : 11).
Jacob, dont le nom devint Israël, donna naissance à une fille et douze fils qui engendreront les douze tribus d'Israël. Ces douze tribus formeront le peuple de Dieu physique qui accepta dans un premier temps l'Alliance de la circoncision, ainsi que la « Première Alliance » donnée au mont Sinaï par l'intermédiaire de Moïse (Héb. 9 : 1/Exo. 19 : 5).

Le roi Salomon avait réussi à établir son autorité sur l'ensemble des douze tribus unifiées par le roi David, mais, après la mort de Salomon, un schisme entre les tribus du nord et celles du sud provoqua une division au sein de son royaume.

Les dix tribus du nord firent sécession et se séparèrent de la Maison de David. Ils établirent leur capitale à Samarie et furent appelés « Maison d'Israël ». Tandis que les tribus du sud furent connues sous le nom de « Maison de David », parce qu'elles étaient restées fidèles à la royauté établie par David à Jérusalem (I Rois 12 : 19).
C'est donc, dès le 10e siècle av. J.-C. que le peuple de Dieu fut scindé en deux parties : entre les Israélites du nord et les Israélites du sud (qui deviendront les Juifs).

Malgré les avertissements incessants des nombreux prophètes, les tribus du nord (le royaume d'Israël) se détournèrent du Seigneur et négligèrent le respect de l'Alliance conclue au mont Sinaï (II Rois 17 : 15).
Le Tout-Puissant permit alors la captivité et l'exil d'une majorité des Israélites du royaume de Samarie par les Assyriens en 721 av. J.-C. (II Rois 17 : 23).
Néanmoins, tous les Israélites du nord ne furent pas déportés. Une partie d'entre-eux put demeurer dans le pays, alors que d'autres réussirent à fuir et à trouver refuge dans le pays de Juda et à Jérusalem (II Chron. 35 : 18).

Depuis cette époque, les Israélites de la Maison de David, dont les membres étaient issus de la tribu de Juda, de Benjamin, d'une partie de la tribu de Siméon et de Lévi, ainsi que des quelques milliers d'Israélites du nord rescapés de la conquête assyrienne portèrent le nom de Judéens ou Juifs. Alors que les membres des dix autres tribus, partis pour la plupart en exil, furent appelés Israélites ou « Efraïm » (une des tribus qui donna son nom à l'ensemble des dix tribus du nord : Esaïe 11 : 13; Ez. 37 : 16).

Un siècle plus tard, ce fut au tour du royaume de Juda de subir la conquête des Babyloniens et la captivité en raison de l'abandon de l'Alliance sainte. Mais cette fois, après une période de septante années, les Juifs purent revenir sur la terre sainte et rebâtir le Temple et la cité de Jérusalem (Jér. 25 : 11).
Cependant, les Israélites du nord, qui étaient déjà partis en exil en -721, ne revinrent pas avec leurs frères Juifs en -536. Ainsi, une partie du peuple de Dieu était déjà exilée loin de sa terre, tandis que le peuple juif était toujours présent sur son territoire, même si une diaspora volontaire existait déjà à cette époque.

Malheureusement, le peuple juif allait connaître le même destin que leurs frères Israélites. Il fut exilé aux quatre coins de la terre, après la destruction du Temple et les guerres menées contre lui par les Romains en 70, puis en 135 ap. J.-C.
Ce n'est qu'en 1948, avec la création de l'État d'Israël, que les Juifs purent enfin revenir habiter sur la terre de leurs ancêtres (Soph. 2 :7; Zach. 2 : 12).

Le premier avènement du Messie

Plusieurs siècles après le retour d'exil de Babylone, un évènement considérable pour Israël et le monde se réalisa. Le Messie, tant attendu par le peuple juif, apparut conformément à tout ce qui était écrit à son sujet dans les Textes saints :

« Puis il leur dit : - Voilà ce que je vous ai déclaré quand j'étais encore avec vous : tout ce qui est écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, dans les livres des prophètes et dans les psaumes devait se réaliser. » (Luc 24 : 44).

C'est en la Personne de Yéchoua ben David (Jésus fils de David) que le Messie vint parmi les siens. Mais certains furent déçus, car ils n'avaient pas compris que le sacrifice du Messie pour le pardon des péchés des hommes devait d'abord précéder son règne glorieux et éternel. Yéchoua fut livré aux païens qui le crucifièrent lors de la fête de la Pâque. Et, comme cela fut annoncé, il ressuscita le troisième jour. En effet, toutes les prophéties concernant le premier avènement du Messie se réalisèrent comme cela fut écrit :

« et il leur dit : - Voici ce qui est écrit : le Messie doit souffrir, puis être ramené de la mort à la vie le troisième jour » (Luc 24 : 46).

Si le Seigneur déclara être venu d'abord pour Israël, lui-même, puis les apôtres annoncèrent clairement l'étendue du pardon, des promesses, et le don de la vie éternelle aux Gentils (les non-Israélites).

« Jésus répondit : - Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues du peuple d'Israël. » (Matt. 15: 24).

« Voici ce secret : par le moyen de la Bonne Nouvelle, les non-Juifs sont destinés à avoir part avec les Juifs aux biens que Dieu réserve à son peuple, ils sont membres du même corps et participent eux aussi à la même promesse que Dieu a faite en Jésus-Christ. » (Eph. 3 : 6).

« Par conséquent, vous les non-Juifs, vous n'êtes plus des étrangers ou des gens venus d'ailleurs; mais vous êtes maintenant concitoyens des membres du peuple de Dieu et vous appartenez à la famille de Dieu. » (Eph. 2 : 19).

Par son sacrifice, le Messie Yéchoua renouvela l'Alliance sainte. Cette Nouvelle Alliance apporta une compréhension et un regard neuf sur la Première Alliance donnée au mont Sinaï.

« Mais maintenant, Jésus a été chargé d'un service bien supérieur au leur, car il est l'intermédiaire d'une alliance bien meilleure, fondée sur de meilleures promesses. » (Héb. 8 : 6).

« Dieu a ramené d'entre les morts notre Seigneur Jésus, qui est le grand berger des brebis grâce au sang de son sacrifice, par lequel l'alliance éternelle est garantie. » (Héb. 13 : 20).

Seules quelques pratiques cultuelles furent supprimées, car rendues obsolètes du fait même des nouveaux symboles attachés à la Nouvelle Alliance. Ainsi, le sacrifice ultime du Seigneur mit un terme aux sacrifices sanglants d'animaux pratiqués devant le Temple, ce qui rendit le sacerdoce des Lévites inutile (momentanément). La circoncision ne fut plus obligatoire, car remplacée par la circoncision du cœur, c'est-à-dire la conversion et le baptême du croyant.
Mais les Dix Commandements, les sept fêtes bibliques et la grande majorité des préceptes et ordonnances mentionnés dans la Torah (le Pentateuque) ne furent pas abolis, comme d'aucuns voudraient le faire croire :

« - Ne pensez pas que je sois venu pour supprimer la loi de Moïse et l'enseignement des prophètes. Je ne suis pas venu pour les supprimer mais pour leur donner leur véritable sens. Je vous le déclare, c'est la vérité aussi longtemps que le ciel et la terre dureront, ni la plus petite lettre ni le plus petit détail de la loi ne seront supprimés, et cela jusqu'à la fin de toutes choses. » (Mat. 5 : 17-18)

La Nouvelle Alliance permit aux non-Juifs de faire partie du peuple de Dieu, de se greffer en quelque sorte à Israël. Quant aux Juifs, en plus du fait d'appartenir à l'Israël physique, la Nouvelle Alliance leur permit de faire également partie de cet Israël spirituel.

« Toi qui n'es pas juif, tu es la branche naturelle d'un olivier sauvage : on l'a coupée et greffée, contrairement à l'usage naturel, sur un olivier cultivé. Les Juifs, eux, sont les branches naturelles de cet olivier cultivé : il sera donc beaucoup plus facile de les greffer de nouveau sur l'arbre auquel ils appartenaient déjà. » (Rom. 11 : 24).

Israël physique et Israël spirituel

Ainsi donc, on peut dire que le peuple juif et les descendants des Israélites dispersés parmi les nations représentent le peuple de Dieu physique.
Puis, il y a un peuple de Dieu spirituel qui est constitué de Juifs et de non-Juifs qui reconnaissent en Yéchoua le Messie d'Israël.
Tous ces croyants, qui reconnaissent Yéchoua comme le Messie et le Sauveur et qui acceptent les conditions de la Nouvelle Alliance, représentent ce « petit troupeau » décrit dans Luc 12 : 32.

Et contrairement à la « théologie du remplacement » (1), le peuple juif n'a jamais été rejeté puis remplacé par l'Église. Même si pour un temps, une partie d'Israël ne reconnait pas en Yéchoua Ha Mashiah le Messie annoncé, ils demeurent, envers et contre tout, le peuple de Dieu (physique) :

« Dieu n'a pas rejeté son peuple, qu'il s'est choisit d'avance ... » (Rom. 11 : 2).

Que représente cet Israël physique ?

C'est d'abord le peuple juif dans son ensemble qui est constitué des descendants de la tribu de Juda, de Benjamin, d'une partie de Siméon, de Lévi et d'Israélites du nord assimilés aux Juifs; mais aussi de ces gens issus de toutes les nations qui se sont convertis au Judaïsme tout au long des siècles et qui se sont intégrés au peuple juif (les Falashas, bnei Israël, etc).

Mais c'est aussi ce reste d'Israël dispersé aux quatre coins de la terre. Je ne parle pas (seulement) ici des Juifs en diaspora, mais bien de ces Israélites qui ont été exilés depuis 721 av. J.-C. et qui ne sont jamais revenus sur la terre de leurs ancêtres.
Aussi incroyable que cela puisse paraître, les descendants des dix tribus d'Israël n'ont jamais disparu, quoique dispersés et ayant perdu toutes leurs coutumes et leur identité d'origine.

« Et le Seigneur dit à Osée : 'Tu l'appelleras Étranger, car vous, les gens d'Israël, vous n'êtes plus mon peuple, et moi je ne suis plus rien pour vous. » (Osée 1 : 9).

En effet, dès le début, ces Israélites ont abandonné le culte mosaïque et ils se sont tournés vers le paganisme dans lequel la plupart de leurs descendants se trouvent encore aujourd'hui (Osée 7 : 8-9; 8 : 8).
La Bible ne ment pas ! Et il y a une quantité de prophéties qui annoncent le retour de ce reste d'Israël sur son territoire, lorsque le Messie sera revenu. Et même si cela ne plaît pas à tout le monde, ce territoire est précisément la Galilée et la Samarie (Abdias : 19-21).

Mes amis, permettez-moi d'insister! Ces gens ne sont pas Juifs et ils ne savent probablement pas, pour la plupart d'entre-eux, qu'ils sont des descendants Israélites, quoique certains doivent bien s'en douter, car ils sont attirés par le pays d'Israël et ils ont des affinités avec le peuple juif, le peuple frère.
Les prophéties sont tout à fait précises et sans ambigüité : un reste des descendants d'Israël reviendra et se joindra au peuple juif. C'est le Seigneur lui-même qui ira les chercher et ils formeront un seul peuple :

« Il dressera un signal pour avertir ces nations qu'il va rassembler les exilés d'Israël et regrouper les Judéens {Juifs} dispersés aux quatre coins du monde. » (Esaïe 11 : 12).

« - Ézékiel, prends un morceau de bois et écris dessus ces mots : 'Juda et les Israélites de ce royaume'. Puis prends un autre morceau de bois et écris dessus : 'Joseph (ou Efraïm) et les Israélites de ce royaume'. Place ces deux morceaux bout à bout de façon qu'ils n'en forment plus qu'un dans ta main (...) 'Israélites, je vous retirerai du milieu des peuples où vous êtes allés, je vous rassemblerai et vous ramènerai dans votre patrie. Là, je vous réunirai et vous formerez un seul peuple sur les montagnes d'Israël. Un seul roi régnera sur vous tous. La division en deux peuples et en deux royaumes n'existera plus. » (Ez. 37 : 16-17 {...} 21-22).

« Alors Juda et Israël retrouveront leur unité, ils se donneront un chef unique et seront maîtres du pays. Ah, le grand jour de Jizréel ! » (Osée 2 : 2).

« Je fortifierai le peuple de Juda, je délivrerai le peuple d'Israël. Je les ramènerai chez eux et je leur montrerai mon amour comme si je ne les avais jamais rejetés. Je suis le Seigneur leur Dieu et je répondrai à leurs prières. » (Zach. 10 : 6).

Qui est le « petit troupeau » ?

Nous le savons : le peuple spirituel de Dieu est constitué de tous ces gens, venus aussi bien du peuple juif que de toutes les nations (les Gentils), qui font la volonté du Père qui est dans les Cieux :

« 21 Ce ne sont pas tous ceux qui me disent : 'Seigneur, Seigneur', qui entreront dans le Royaume des cieux, mais seulement ceux qui font ce que veut mon Père qui est dans les cieux ... » (Matt. 7 : 21-23).

Ces gens se sont repentis et ils ont accepté le sacrifice du Seigneur Yéchoua (Jésus-Christ) pour le pardon de leurs péchés. Tous ces croyants connaissent la vérité et acceptent de garder les commandements qui représentent la base de l'Alliance sainte.

« Le Seigneur ordonna encore à Moïse : - Écris ces commandements, car ils constituent la base de l'alliance que je conclus avec toi et avec le peuple d'Israël. » (Exode 34 : 27).

Mais avant tout, c'est par la foi et la grâce qu'ils sont rattachés au peuple de Dieu, car Dieu ne rejette personne.

« Car nous estimons qu'un homme est rendu juste devant Dieu à cause de sa foi et non parce qu'il obéit à ce qu'ordonne la loi. Ou bien, Dieu serait-il seulement le Dieu des Juifs ? N'est-il pas aussi le Dieu des autres peuples ? Bien sûr, il l'est aussi des autres peuples. Il va rendre justes à ses yeux les Juifs par la foi et les non-Juifs également par la foi. Cela signifie-t-il que par la foi nous enlevons toutes valeur à la loi ? Bien au contraire, nous donnons à la loi sa vraie valeur. » (Rom. 3 : 28-31).

Voici quelle est l'Église bâtie sur le fondement des apôtres, le « petit troupeau » qui n'a jamais cessé d'exister et qui a traversé les siècles sous des dénominations différentes. Cette assemblée n'a jamais été très puissante et elle a souvent été persécutée par cette « femme », dont la Bible dit qu'elle est ivre du sang des fidèles (Apoc. 17 : 6).

« 9 Après cela, je regardai encore et je vis une foule immense : personne ne pouvait compter tous ceux qui en faisaient partie. C'étaient des gens de toute nation, de toute tribu, de tout peuple et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l'Agneau, habillés de robes blanches et avec des branches de palmier à la main. (...) 17 Car l'Agneau qui est au milieu du trône sera leur berger et les conduira aux sources d'eau vive. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. » (Apoc. 7 : 9 et 17).

Notez d'ailleurs que ce peuple spirituel a bien souvent eu le même destin que le peuple juif en diaspora; c'est-à-dire, l'ostracisme, le rejet et la persécution !

La marque de Dieu

Mais, comment peut-on reconnaitre cette véritable Église, parmi ces centaines de congrégations différentes ? Ces chrétiens (Juifs et non-Juifs) appartenant au peuple spirituel de Dieu n'ont pas rejeté l'Alliance sainte et ils acceptent de garder les commandements :

« Car si quelqu'un désobéit à un seul des commandements de la loi, il se rend coupable à l'égard de tous. » (Jacques 2 : 10).

« Si nous obéissons aux commandements de Dieu, alors nous savons que nous connaissons Dieu. Si quelqu'un affirme : 'Je le connais', mais n'obéit pas à ses commandements, c'est un menteur et il n'y a pas de vérité en lui. » (I Jean 2 : 3-4).

Et parmi ces commandements figure ce que l'on peut véritablement appeler le commandement test, la marque de Dieu. Cette marque, véritable signe de reconnaissance du peuple de Dieu à travers les siècles est le respect du shabbat, le quatrième commandement.

« J'instituai le jour du sabbat pour manifester la relation qui les unit à moi et leur rappeler que moi, le Seigneur, je les consacre à mon service. » (Ézékiel 20 : 12).

A l'opposé de cette marque de Dieu se trouve la marque de la bête décrite dans Apocalypse 13. Et cette marque représente, entre autres, l'adoration du soleil si chère au culte de Baal de l'Antiquité. Ce culte solaire s'est perpétué jusqu'à nos jours dans le respect du dimanche (Sunday ou Sondag qui signifie jour du soleil), ainsi que dans la célébration fastueuse et universelle de la fête de noël (vestige d'une ancienne fête solaire annuelle du culte de Mithra et de Baal).

Où est le peuple spirituel de Dieu aujourd'hui ?

Mes amis, vous qui avez été appelés à la vérité et qui avez compris que le shabbat, représentait le véritable jour d'adoration du Dieu d'Israël, que vous soyez Juifs ou non-Juifs, vous appartenez au peuple spirituel de Dieu.

« Ainsi, il n'y a pas de différence entre les Juifs et les non-Juifs : ils ont tous le même Seigneur qui donne ses biens à tous ceux qui font appel à lui. » (Rom. 10 :12).

Le livre de l'Apocalypse nous décrit sept églises (2) qui ont des caractéristiques différentes, des défauts, mais aussi des qualités et auxquelles le Seigneur fait des reproches, des mises en garde, mais donne aussi des encouragements.
Si, comme certains l'affirment, ces églises représentent la succession chronologique et historique du peuple de Dieu spirituel à travers ces quelque 2 000 ans, il est évident que plusieurs de ces congrégations existent encore de nos jours.

L'Église bâtie par les apôtres est évidemment bien antérieure à la Réforme protestante et, à part quelques exceptions, ne fait pas partie de ce mouvement. Et si parfois certains groupes ont choisi de rallier le Protestantisme afin de survivre, ce fut souvent au détriment de leur propre identité et en perdant leurs convictions de base (ex. : les Vaudois du Lubéron qui rallièrent la cause protestante au XVIe siècle).

Plusieurs de ces églises sont constituées d'assemblées reliées ou non entre-elles, de mouvances ou de groupes plus ou moins homogènes.
Plus étonnant encore, leurs caractéristiques permettent quelquefois de les identifier; mais afin d'éviter toute polémique et par respect pour ces congrégations, j'éviterai de les nommer en les désignant par une des sept églises à laquelle elles pourraient correspondre. Il vous appartient donc, à vous lecteurs, d'entreprendre cette recherche, sans parti-pris et sans aucun esprit de jugement. En effet, ces différents groupes peuvent encore évoluer et/ou modifier leur ligne de conduite, selon l'accomplissement des prophéties.

En reconnaissant que le shabbat est bien le signe et la marque du peuple de Dieu, nous pouvons dresser une liste des groupes qui, de nos jours, peuvent prétendre faire partie du peuple de Dieu spirituel (la numérotation des ces églises ne correspond pas nécessairement à la chronologique historique) :

A) L'Église baptiste du septième jour, la plus ancienne des Églises respectant le shabbat et qui existe toujours aujourd'hui. Elle fut fondée en 1609 à Amsterdam par John Smyth sur les fondements de congrégations venues du moyen-âge qui respectaient le shabbat. Cette Église peu puissante a des congrégations dans une quarantaine de pays, mais principalement dans les pays anglo-saxons. Ils baptisent par immersion les adultes, célèbrent la Pâque le 14e jour de nisan et la Pentecôte, mais pas l'ensemble des fêtes de Dieu. Ils sont rattachés au Protestantisme et adhèrent à la doctrine de la trinité.

B) L'Église de Dieu du 7e jour fut fondée en 1858 par Gilbert Cranmer dans le Michigan (USA) sur les bases de congrégations sabbatistes venues de l'Europe du moyen-âge et de la Renaissance où elles étaient persécutées. Elle observe la Pâque du 14 nisan et la Pentecôte, baptise par immersion les adultes et est non-trinitaire. Elle déconseille les aliments impurs, mais ne respectent pas les autres fêtes de Dieu. Les principaux groupes sont : l'Église de Dieu (7e Jour) – Conférence de Salem; la Conférence Générale de l'Église de Dieu (Septième Jour) et l'Église de Dieu (7e Jour), Jérusalem.

C) L'Église adventiste du 7e jour est apparue après la déconvenue de l'annonce (erronée) de William Miller sur le retour de Jésus-Christ en 1844. Fondée en 1860 par Joseph Bates, James White et son épouse Ellen G. White, la particularité de cette Église est de reconnaître les enseignements et les visions d'Ellen G. White comme venant de Dieu. Cette Église fait beaucoup d'œuvres humanitaires et est présente dans de nombreux pays avec quelque 13 millions de baptisés. Le baptême par immersion est aussi réservé aux adultes mais, à part la Pâque et la Pentecôte, ils ne respectent pas les autres fêtes de Dieu et sont trinitaires. En France, les adventistes sont rattachés à la Fédération Protestante de France.

D) Les Églises de Dieu issues de l'Église Universelle de Dieu fondée par Herbert W. Armstrong en 1930. Plusieurs congrégations se sont formées, après la mort de Mr Armstrong en 1986, et suite à l'abandon des doctrines de base de l'Église Universelle de Dieu (shabbat, certaines fêtes, histoire des dix tribus, etc). Au départ, Herbert W. Armstrong était membre de l'Église de Dieu en Oregon (désignée au point B); puis il fonda sa congrégation afin de restaurer l'ensemble des fêtes bibliques et enseigner l'histoire des dix tribus perdues d'Israël. Toutes ces Églises gardent le shabbat, les sept fêtes de Dieu, baptisent par immersion les adultes, sont non-trinitaires et ont la foi dans le retour de Jésus-Christ sur terre (tout comme les autres groupes cités). Quant à l'Église Universelle de Dieu (le groupe initial), elle s'est rattachée au mouvement évangélique, ne respecte plus le shabbat et s'appelle désormais « Grace Communion International ».

E) Les Juifs messianiques sont des Juifs qui reconnaissent Yéchoua Ha Mashiah (Jésus-Christ) comme le Messie d'Israël. Ces croyants se revendiquent à la fois juifs et chrétiens, car ils continuent à respecter le shabbat, les fêtes juives, les règles alimentaires cachères et parfois la circoncision, mais ils se font aussi baptiser et croient au retour glorieux du Messie Yéchoua sur terre.
Le mouvement messianique a commencé à prendre de l'extension dès le début du XIXe siècle au départ de l'Angleterre. Ils sont aujourd'hui quelque 200 000 croyants dont plus au moins 15 000 en Israël. Les assemblées messianiques sont ouvertes à tous, Juifs et non-Juifs, et elles sont autonomes, quoique souvent rattachées à une organisation (ex.: Alliance Francophone des Juifs Messianiques, etc).
Rappelons que les premières communautés établies par les apôtres étaient principalement constituées de Juifs baptisés dans le Seigneur. Et tout comme autrefois, ces Juifs ne renient ni leur origine ni leur culture judaïque et ils voient en Yéchoua le Messie annoncé dans la Torah et les Prophètes.

Caractéristiques des « Sept Églises »

L'histoire chronologique de la véritable Église a déjà été écrite par plusieurs (3); nous nous contenterons donc de souligner les points essentiels qui caractérisent ces assemblées.

1) L'Église d'Ephèse : cette église a fait preuve de patience et de courage, elle a démasqué les faux apôtres du début et n'aime pas les œuvres des Nicolaïtes (4). Mais, vers la fin, elle s'est refroidie. Cette église est celle du début fondée en l'an 30 et est aujourd'hui disparue.

2) L'Église de Smyrne : cette église modeste est persécutée par « ceux qui se prétendent Juifs mais ne le sont pas » (5). De plus, elle subit une persécution de 10 jours (qui représentent en fait les 10 années de persécution sous l'empereur Dioclétien, de 303 à 313). Enfin, la fin du discours semble indiquer que cette église n'existe plus aujourd'hui.

3) L'Église de Pergame : étonnamment, cette église demeure là où Satan a son trône (6), mais elle est fidèle et persévérante, malgré le martyre d'un de ses dirigeants. Néanmoins, le Seigneur lui reproche d'avoir des membres qui sont attachés à de fausses doctrines et aux œuvres des Nicolaïtes. Cette église semble exister à la fin des temps, puisque le Seigneur combattra ceux qui sont infidèles quand il reviendra.

4) L'Église de Thyatire : cette église est dévouée et a de l'amour. De plus, son dévouement est plus important qu'au début de son existence. Cependant, une partie de ce groupe se laisse influencer par les fausses doctrines de « Jézabel ». Ceux qui ont accepté ses doctrines seront persécutés et toutes les Églises comprendront qui elle est. Cependant, l'autre partie de cette Église a rejeté les enseignements de cette « Jézabel » et il leur est demandé de tenir bon jusque l'arrivée du Seigneur. Cette Église est donc toujours présente aujourd'hui.

5) L'Église de Sardes : cette église est sur le point de disparaître et le Seigneur lui conseille de se repentir et d'affermir ce qui reste. Elle existe aussi à la fin, puisque la venue du Seigneur sera pour certains d'entre-eux une totale surprise.

6) L'Église de Philadelphie : cette église, quoique peu puissante, est restée fidèle et persévérante. Comme pour l'Église de Smyrne, elle est confrontée à « ceux qui se disent Juifs mais ne le sont pas ». Ces gens viendront même honorer l'Église de Philadelphie et une porte lui sera ouverte. Cette assemblée sera épargnée lors de la grande tribulation (ce peut-il que cette porte ouverte permette à cette église d'être protégée ?).

7) L'Église de Laodicée : cette église se dit riche (et elle l'est, aussi bien en connaissances que matériellement), mais elle est tiède. Le Seigneur, qui corrige ceux qu'il aime, lui suggère de changer de comportement et d'ouvrir les yeux. Cette église est présente aux temps de la fin, car le Seigneur « se tient à la porte » (7).

Promesses matérielles et spirituelles

Quel est l'avenir réservé à ces deux peuples (l'Israël physique et spirituel) et quelles sont les promesses qui leurs avaient été faites ?
Pour le peuple d'Israël physique, l'Alliance conclue au mont Sinaï comportait toute une série de promesses de bonheur, mais également des menaces de malheur en cas de non-respect de cette alliance :

« 1 et 2 Si vous obéissez fidèlement au Seigneur votre Dieu, si vous veiller à mettre en pratique tous les commandements que je vous communique aujourd'hui de sa part, alors il fera de vous la première de toutes les nations de la terre et il vous comblera des bienfaits que voici ... » (Deut. 28 : 1 à 14).

« 15 Par contre, si vous n'obéissez pas au Seigneur votre Dieu, si vous ne veillez pas à mettre en pratique tous les commandements et les lois que ne vous communique aujourd'hui de sa part, alors il vous infligera les malheurs que voici ... » (Deut. 28 : 15 à 68).

Pour l'Israël spirituel, c'est essentiellement la promesse de la résurrection et de la vie éternelle dans le Royaume de Dieu qui a été donnée par le Seigneur :

« A ceux qui auront remporté la victoire j'accorderai le droit de manger le fruit de l'arbre de la vie qui se trouve dans le jardin de Dieu. » (Apoc. 2 : 7).

« Ceux qui auront remporté la victoire ne seront pas frappés par la seconde mort. » (Apoc. 2 : 11). Etc.

Sachez mes amis que l'avenir du peuple d'Israël physique sera formidable. Lisez donc Deutéronome 30 et vous verrez que cette promesse de rétablissement a déjà commencé avec la création de l'État d'Israël en 1948. Mais ce n'est qu'un début. Lorsque le Messie reviendra régner à Jérusalem et sur la terre entière, il ira d'abord rechercher tous les Israélites, c'est à dire les Juifs encore en diaspora ainsi que le reste des descendants d'Israël (provenant des dix tribus). Alors les deux peuples réunis concluront une nouvelle alliance avec le Seigneur, une Alliance Éternelle :

« Seulement, moi, je serai fidèle à l'alliance que j'ai conclue avec toi au temps de ta jeunesse et je la transformerai en une alliance éternelle. » (Ez. 16 : 60). Voir Jér. 32 : 40.

« Et voilà comment tout Israël sera sauvé, comme le déclare l'Écriture : 'Le libérateur viendra de Sion, il éliminera la désobéissance des descendants de Jacob. Voilà l'alliance que je ferai avec eux, quand j'ôterai leurs péchés.' » (Romains 11 : 26-27).

Alors, le Seigneur et Messie régnera sur la terre avec ses élus ressuscités (l'Israël spirituel), pendant mille ans. David (ressuscité) sera le prince d'Israël et les douze apôtres (aussi ressuscités) seront les chefs des douze tribus d'Israël (physiques) :

« Heureux et particulièrement bénis sont ceux qui ont part à cette première résurrection! La seconde mort n'a pas de pouvoir sur eux; ils seront prêtres de Dieu et du Christ, et ils règneront avec le Christ pendant mille ans. » (Apoc. 20 : 6).

« Moi, le Seigneur, je serai leur Dieu et mon serviteur David sera leur prince. C'est moi, le Seigneur, qui l'affirme. » (Ez. 34 : 24).

« vous mangerez et boirez à ma table dans mon Royaume, et vous serez assis sur des trônes pour juger les douze tribus d'Israël. » (Luc 22 : 30).

Conclusion

Mes amis, dans toute cette histoire, le plus incroyable, c'est que nous retrouvons un lien indéfectible entre l'Israël spirituel et l'Israël physique. En effet, la majorité des chrétiens qui gardent le shabbat proviennent des pays où se trouvent aujourd'hui les descendants des dix tribus d'Israël (Europe de l'ouest et les pays anglo-saxons). De la même façon, les Juifs messianiques, qui sont issus de l'autre partie des tribus d'Israël (le royaume de Juda), appartiennent également à l'Israël spirituel. Ainsi, la plupart des croyants appartenant à l'Israël spirituel (l'Église) sont en fait des descendants de l'Israël physique.
De cette façon, ces vrais croyants appartiennent à la fois à l'Israël physique et spirituel.
Ces gens ne font-ils pas partie des 144 000 décrits dans Apoc. 7 : 1 à 8 ?

Mais, le Seigneur ne fait pas de discrimination. Vous, qui n'êtes pas descendants d'Israël (Juif ou Israélite), quelque soit votre origine, votre couleur de peau ou votre nationalité, si vous faites Sa volonté, vous appartenez aussi au peuple de Dieu (spirituel) et vous bénéficierez également des mêmes promesses que les autres. Soyez certains que LE SEIGNEUR AIME TOUS LES HOMMES et qu'Il sauvera tous ceux qui lui appartiennent :

« Par contre, Dieu accordera la gloire, l'honneur et la paix à tous ceux qui font le bien, aux Juifs d'abord, mais aussi à ceux qui ne sont pas juifs, car Dieu n'agit pas différemment selon les personnes. » (Rom. 2 : 10-11).

« Pierre prit alors la parole et dit : - Maintenant, je comprends vraiment que Dieu n'agit pas différemment selon les personnes : tout homme, de n'importe quelle nationalité, qui le respecte et fait ce qui est juste lui est agréable. » (Actes 10 : 34-35).

Exhortation

Voyez-vous mes amis, nous sommes à quelques années du retour glorieux du Messie Yéchoua sur terre et nous sommes souvent incapables de reconnaître nos erreurs. Cette exhortation s'adresse à chacun d'entre-nous (moi le premier !), mais aussi à toutes vos congrégations et églises qui appartiennent au peuple de Dieu. Je connais plusieurs de ces congrégations qui respectent le shabbat et qui sont issues des différentes mouvances dont nous avons parlé ici.

Ce qui me frappe le plus est de voir le repli sur soi de certaines congrégations et l'indifférence à l'égard des autres groupes. Je ne prône pas ici l'œcuménisme, car ces différentes congrégations qui ont subsisté jusqu'à nos jours étaient prophétisées. Néanmoins, ayons l'humilité de reconnaître que chaque groupe possède des vérités, des perles et des qualités, mais aussi des lacunes et des erreurs qu'il nous faut corriger.

Certains groupes ont vraiment de l'amour, et cela se ressent très bien dans leurs assemblées, d'autres ont beaucoup de connaissances et de vérités, d'autres encore ont de la persévérance et de l'humilité, puis il y en a qui louent le Seigneur avec beaucoup de joie et d'enthousiasme. Mais, on peut aussi remarquer chez certains des erreurs doctrinales évidentes, chez d'autres de la froideur et de la prétention, puis chez d'autres un certain laxisme face à des doctrines non fondées ou prétendues bibliques.

Mes amis, je ne prétends pas vouloir donner de leçons à qui que ce soit, car je suis le moindre d'entre-vous. Mais, vous le savez très bien, les jours qui arrivent seront terribles (le Seigneur nous a prévenus). Ayons donc l'humilité et la sagesse de reconnaître nos erreurs, changeons de comportement, rejetons ces fausses doctrines qui nous corrompent, n'essayons pas de plaire aux hommes à tout prix en adoptant leurs traditions, ne faisons pas de compromis avec la vérité en nous associant avec les adeptes du culte dominical, n'ayons pas cet amour de l'argent, ne soyons pas repliés sur nous-mêmes en nous considérant comme la seule et unique Église en ignorant les autres groupes qui nous sont parfois très proches.
Demandons au Seigneur de nous ouvrir les yeux afin de comprendre ce que nous devons changer et demandons-lui de nous protéger de cette grande tribulation qui est à la porte.

Notes

1. Selon la « théologie du remplacement », l'Église aurait pris la place du peuple d'Israël. Cette fausse doctrine a été enseignée dans l'Église notamment par Tertullien et Justin Martyr dès le IIe siècle, soit après la disparation des derniers apôtres.

2. Si ces sept églises existaient déjà au 1er siècle de notre ère, leur description est clairement prophétique et correspond à l'histoire chronologique du peuple de Dieu spirituel.

3. Plusieurs Églises de Dieu ont rédigé des articles et des brochures intéressants sur le sujet, mais certains groupes se considèrent trop souvent comme étant l'unique Église de Philadelphie qui continue l'œuvre des apôtres et sera la seule protégée. Faut-il rappeler qu'il y a aussi des chrétiens sauvés dans les autres Églises.

4. Les œuvres des Nicolaïtes semblent désigner l'abus de pouvoir et la domination excessive de certains pasteurs de l'Église; mais d'autres théories sont également proposées, comme l'introduction de doctrines païennes provenant de l'ancien culte du soleil.

5. Cette expression qui désigne « ceux qui se disent Juifs, mais ne le sont pas » pourrait se traduire par : « ceux qui se disent élus, mais ne le sont pas ». Il est dit également que ces gens appartiennent à la « synagogue de Satan », ce qui peut vouloir dire « l'assemblée de Satan ». Il faut donc être prudent dans l'interprétation de ces phrases.
D'autre part, il faut savoir que la ville d'Izmir (nom moderne de la ville de Smyrne) a vu naître au XVIIe siècle le faux messie Sabbataï Tsevi, qui eut de nombreux adeptes.

6. Pergame était un centre païen important durant l'Antiquité. Le trône de Satan désignait le grand autel de Zeus tout en marbre qui, après avoir été démonté, fut transporté au Musée d'État de Berlin à la fin du XIXe siècle.

7. Bien sûr, vous ne trouverez aucune église se revendiquant du nom de « Laodicée ». Par contre, beaucoup se déclarent être « l'Église de Philadelphie » !

Salutations fraternelles et cordial shalom.
Bonne fête de la Pentecôte, le 19 mai 2013
Jacquy Mengal

2 commentaires:

  1. bravo pour cette étude complète, et qui mérite reflexion... je dois y revenir pour tout relire avec attention...
    je t'encourage car c'est une étude difficile pour notre temps.
    bonne journée à toi. Débo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes encouragements Déborah. Il est vrai que j'ai bien réfléchi avant de poster cet article, mais je suis de plus en plus convaincu qu'il ne restera à la fin que peu de gens qui font véritablement la volonté du Seigneur. Puissions-nous faire partie de ce groupe ! Bien à toi.
      Jacquy Mengal

      Supprimer