Présentation :

La Bible est-elle vraiment inspirée ? L'accomplissement de nombreuses prophéties et la découverte de nombreux vestiges archéologiques confirment son authenticité. La Bible révèle notre passé, notre présent et notre avenir; à nous de les découvrir !
Sauf mention contraire, les citations bibliques sont tirées de la Bible en français courant éditée par l'Alliance Biblique Universelle, 1983. Les commentaires anonymes et non signés ne seront plus publiés. Merci et bonne lecture. © Copyright 2009-2020 Tous droits réservés

jeudi 26 mars 2020

Au cœur de la peste meurtrière !

Chers lecteurs et lectrices, lorsque l'épidémie du covid-19 a débuté fin décembre 2019, personne n'aurait pu croire que ce virus se serait si rapidement propagé à l'ensemble du monde. Presque tous les pays sont à présents confrontés à ce que l'on peut désormais appeler une pandémie ; et la situation dans certains pays comme l'Italie ou l'Espagne est véritablement dramatique ! Le nombre de décès ne cesse de croître jour après jour et, à l'heure où j'écris ces lignes, le pic n'est pas encore atteint ! Prions pour que les justes soient épargnés !

Le monde risque bien d'être plongé dans une catastrophe qui n'a pas encore atteint le comble de son ampleur !
Si certains pays, comme la Chine, semblent sortir lentement de l'épreuve, c'est au prix de mesures de confinement drastiques. Malheureusement, d'autres pays tardent à mettre en place ces mesures si nécessaires pour des raisons bassement économiques et/ou par désinvolture ou négligence ! Ils en paieront le prix fort, car le virus se moque des frontières et des arrogants qui pensent pouvoir tout maîtriser selon leur bon vouloir !
Pourtant, le confinement stricte (la quarantaine) est une des meilleures stratégies à mettre en place pour endiguer ce genre de problème sanitaire. La Bible le recommandait déjà il y a plus de trois mille ans :

« Il est impur aussi longtemps qu'il est atteint de son mal ; c'est pourquoi il doit avoir sa demeure à l'écart des autres gens, en dehors du camp » (Lév. 13 : 46).

D'autre part, comme beaucoup d'entre-vous, je suis scandalisé de voir qu'il y a encore des gens cupides assez pour essayer de faire du business avec des équipements et des produits médicaux de première nécessité, comme le gel hydroalcoolique et les masques de protection. Le monde ne changera donc jamais ?
Mais, pour nous qui avons la foi et qui essayons de rester fidèles à l'enseignement du Seigneur, il nous faut prier pour nos frères et sœurs qui se trouvent partout dans le monde, afin qu'ils soient protégés de cette peste meurtrière qui annonce l'arrivée, pour bientôt, de cette ultime "Semaine de Daniel". Car, vous savez très bien que ce fléau est aussi un des signes annoncés dans l'Ecriture :

« Il y aura de terribles tremblements de terre et, dans différentes régions, des famines et des épidémies, il y aura aussi des phénomènes effrayants et de grands signes venant du ciel. » (Luc 21 : 11).

Mes amis, j'ai pris la peine de recopier le psaume 91 sur une de mes photos prise, il y a quelques années, sur les bords de la mer Morte. Je tiens à la partager avec vous, car ce psaume est tout à fait de circonstance dans cette situation inquiétante de contagion.
NB : Nous avons décidé de reporter la célébration de la Pâque au 6 mai.





Prenez bien soin de vous, au nom du Seigneur Yéchoua.
Jacquy Mengal

dimanche 1 mars 2020

Les aliments purs et impurs


       Peut-on manger n'importe quoi ?

J'ignore si nous connaîtrons un jour la vérité sur l'origine de la contamination au coronavirus qui se propage à présent au monde entier. Mais sachant que les marchés asiatiques regorgent d'animaux exotiques de toutes sortes vendus pour leur consommation, je ne peux m'empêcher de penser aux règles sanitaires et alimentaires qui avaient été prodiguées par le Tout-Puissant.

« Le contact avec certaines bêtes rend l'homme impur : quiconque touche leur cadavre est impur jusqu'au soir ; quiconque transporte leur cadavre doit laver ses vêtements, il reste également impur jusqu'au soir. » (Lév. 11 : 24-25).

« Telles sont les instructions concernant les animaux, les oiseaux, les bêtes vivant dans l'eau et les bestioles pullulant sur le sol. Elles permettent de distinguer les animaux purs des animaux impurs, ceux que l'on peut manger de ceux que l'on ne doit pas manger » (Lév. 11 : 46 à 47, et tout le chapitre 11).

« Ne consommez pas la viande de ces animaux-là et ne touchez même pas leurs cadavres. » (Deut. 14 : 8).

(Deutéronome 14 : 3 à 20 fournit une liste des animaux purs et impurs).

Bon appétit !

Si les escargots et les cuisses de grenouilles sont consommés dans plusieurs pays, comme en France, d'autres cultures trouvent cela tout à fait répugnant. Dans certains pays asiatiques, ce sont des animaux comme le serpent, la chauve-souris, le chien et même du rat qui sont vendus sur les marchés pour leur consommation. Mais l'Afrique a aussi ses spécialités ! La « viande de brousse », dont le singe et le crocodile, se retrouve parfois au menu.

Je suis bien conscient que mes propos pourraient agacer certains lecteurs, car chaque peuple, chaque culture a ses propres coutumes et usages alimentaires hérités souvent de longue date.
Mais, pensez-vous vraiment que l'homme puisse manger tout ce qui lui semble bon sans aucun problème pour sa santé ? Notre organisme est-il adapté à n'importe quelle sorte d'aliment ?

Mangeons sainement pour vivre mieux !

Le Tout-Puissant, qui nous a créés, sait très bien ce qui nous convient et ce qui peut nous porter préjudice. Il faut donc parfois accepter de changer son mode de vie et ses habitudes pour vivre mieux.
Ainsi, je ne peux qu'exhorter tous ceux et celles qui ont hérité de mauvaises habitudes alimentaires à changer en faisant confiance à notre Créateur. Le système digestif d'un Juif est le même que celui d'un non-Juif et les prescriptions du livre du Lévitique sont valables pour tous les êtres humains et pas seulement pour les Juifs religieux !

Pour les contradicteurs ...

Je sais que certains me contrediront, notamment avec plusieurs versets qu'ils ressortent à chaque fois qu'on leur parle d'aliments purs et impurs, pour dire que ces règles alimentaires sont obsolètes. Commençons par ce verset :

« Vous êtes libres de manger tout ce qui se vend au marché de la viande sans avoir à poser des questions par motif de conscience. » (I Cor. 10 : 25).

N'en déplaise à certains, mais ce verset ne signifie nullement qu'il est à présent permis de manger n'importe quelle sorte de viande. La suite du passage nous indique qu'il était question, ici, de viandes provenant d'animaux sacrifiés aux idoles. Dans l'Antiquité, la viande des animaux sacrifiés lors des cérémonies païennes était vendue sur les marchés au même titre que les autres aliments. Or, certains croyants préféraient s'en abstenir par motif de conscience, alors que d'autres en consommaient sans prêter attention à leur provenance.

Un autre passage est souvent utilisé pour prétendre que tous les aliments sont à présent comestibles. Dans le livre des Actes, l'apôtre Pierre relate une vision dans laquelle il vit une grande nappe remplie d'animaux de toutes espèces qu'il devait considérer comme purs.

« Et dedans [la nappe] il y avait toutes sortes d'animaux à quatre pattes et de reptiles, et toutes sortes d'oiseaux. Une voix lui dit : - Lève toi, Pierre, tue et mange ! Mais Pierre répondit : - Oh non ! Seigneur, car je n'ai jamais rien mangé d'interdit ni d'impur. La voix se fit de nouveau entendre et lui dit : - Ne considère pas comme impur ce que Dieu a déclaré pur. » (Actes 10 : 12 à 15).

Cette vision est souvent sortie de son contexte pour affirmer que l'on peut manger tout ce que l'on désire. Cependant, il ne s'agit pas non plus, ici, de remettre en question les règles alimentaires de Lévitique 11, mais bien de reconnaître et d'accepter que des non-Juifs peuvent faire partie du peuple saint. Continuons notre lecture pour en avoir la confirmation :

« - Vous savez qu'un Juif n'est pas autorisé par sa religion à fréquenter un étranger ou à entrer dans sa maison. Mais Dieu m'a montré que je ne devais considérer personne comme impur ou indigne d'être fréquenté. » (Actes 10 : 28).

Il en est de même avec l'explication donnée par le Seigneur à propos du rituel du « lavage des mains ». Les Pharisiens étaient en effet très méticuleux pour les ablutions et les règles de pureté rituelle. C'est pour cela que le Seigneur leur fit remarquer que ce qui rend vraiment l'homme impur vient plutôt des mauvais sentiments, comme : la haine, le mépris, l'orgueil, l'adultère, les convoitises, les jalousies, etc.

« Voilà ce qui rend l'homme impur ! », répondit le Seigneur, et il expliqua :

« Mais mangé sans s'être lavé les mains selon l'usage religieux, cela ne rend pas l'homme impur. » (Matt. 15 : 20).

D'autres passages peuvent être mal compris ou induire en erreur s'ils ne sont pas remis dans leur contexte. C'est le cas pour :

Romains 14 : 1 à 3 et tout le chapitre, qui concerne ceux qui préfèrent être abstinents et végétariens pour éviter de manger des viandes provenant des sacrifices aux idoles. Comme nous l'avons déjà dit, cette coutume de vendre ces viandes sur les marchés était très courante à l'époque.
Mais, l'apôtre précise qu'il est inutile de heurter un frère en mangeant de telles viandes et/ou en buvant des boissons alcoolisées devant lui, s'il croit devoir s'en priver. Et, il précise, à juste titre, que le Royaume de Dieu n'est pas une question de nourriture ou de boissons (verset 17).

Colossiens 2 : 16 à 17, qui parle du même cas que ci-dessus, mais aussi du danger de l'ascétisme et de l'abstinence pour motifs philosophiques (païens).

I Timothée 4 : 1 à 5, qui concerne plus particulièrement les courants de pensées et les philosophies prônant le végétarisme et le véganisme.

Actes 15 : 20 à 21 : Aux non-juifs qui se tournaient vers Dieu, Jacques leur recommandait :

« ... de ne pas manger de viandes impures provenant de sacrifices offerts aux idoles, de se garder de l'immoralité et de ne pas manger de la chair d'animaux étouffés ni de sang. » (Actes 15 : 20).

Ce qui signifie qu'ils pouvaient manger des viandes provenant des sacrifices, pourvu qu'elles proviennent d'animaux purs ; qu'ils devaient éviter de manger des animaux étouffés, même s'il s'agissait d'animaux purs, puisqu'ils n'avaient pas été saignés, et de ne pas manger de sang, interdiction déjà énoncée dans Lévitique 17 : 10 à 14.

Et pour les autres aliments purs et impurs, il croit superflu d'en parler, puisque ces prescriptions sont déjà largement enseignées dans les synagogues chaque sabbat.

« Car, depuis les temps anciens, des hommes prêchent la loi de Moïse dans chaque ville et on la lit dans les synagogues tous les jours de sabbat. » (Actes 15 : 21).

Dieu ne change pas !

Le Seigneur ne se contredit pas et les recommandations du livre du Lévitique 11 et de Deutéronome 14 sont toujours valables aujourd'hui.

« Moi, le Seigneur, je ne change pas. » (Mal. 3 : 6).

« ... aussi longtemps que le ciel et la terre dureront, ni la plus petite lettre ni le plus petit détail de la loi ne seront supprimés, et cela jusqu'à la fin de toutes choses. » (Matt. 5 : 18).

Il faut d'ailleurs rappeler que le corps médical et les spécialistes en matière sanitaire reconnaissent le danger potentiel de consommer des viandes exotiques. Voici l'extrait d'un article publié dans « Le Soir » par Julie Zaugg et mis en ligne le 02/02/2020 à 18:18, puis mis à jour le 04/02/2020 à 17:51 :

« Coronavirus: la dangereuse passion des Chinois pour les animaux exotiques
En Chine, on apprécie tout particulièrement la viande provenant d’espèces protégées ou sauvages. Une pratique qui favorise la transmission de nouveaux virus à l’homme, selon les experts. ».

Pour terminer, je vous invite à lire le chapitre 66 du livre d'Esaïe, dont le contexte est clairement le temps de la fin - c'est à dire notre époque - pour vous rendre compte que les règles alimentaires de Lévitique 11 ne sont pas abolies.

« Je parle ici des gens qui se purifient spécialement pour entrer dans certains jardins, où ils viennent se placer derrière celui qui est au centre, de ceux qui mangent du porc, ou bien du rat, choses abominables. Ces gens-là finiront d'un seul coup, c'est le Seigneur qu'il l'a dit. » (Esaïe 66 : 17).

Illustration libre de droit

Mars 2020
Jacquy Mengal

vendredi 14 février 2020

Le quatrième cavalier à nouveau en selle !


Alors que le changement climatique global continue de provoquer des dégâts aux quatre coins de la terre, avec la perspective de catastrophes pire encore dans le futur ; que des conflits et menaces de guerres se font écho un peu partout ; que le fossé entre riches et pauvres ne cesse de se creuser chaque jour davantage en raison des injustices et des inégalités, voici que la Chine est à nouveau confrontée à une grave épidémie virale.

Si nous savons que cette maladie nommée « coronavirus Covid-19 » est apparue dans la ville de Wuhan en Chine, en décembre 2019, de nombreuses personnes infectées se retrouvent à présent sur tous les continents ! D'où évidemment la crainte d'une pandémie à l'échelle mondiale.
Certes, le taux létal (mortalité) de 2 % n'est pas très élevé, mais le virus est contagieux et il provoque des pneumonies virales graves qui peuvent être fatales, surtout chez les patients âgés et ceux fragilisés en raison de leur état de santé précaire.
D'après les données officielles, 60 000 personnes seraient infectées à ce jour, et 1 400 d'entre-elles seraient décédées. Cependant, le pic de l'épidémie ne semble pas encore atteint.

D'où provient cette maladie ?

Selon la thèse officielle, la contamination proviendrait d'un virus transmis à l'homme par un animal, probablement le pangolin, que l'on retrouve fréquemment vendu sur les marchés chinois, dont celui de Wuhan.
Mais certains lanceurs d'alerte affirment qu'il s'agirait plutôt d'un agent pathogène virulent échappé accidentellement d'un laboratoire de recherche de niveau 4. Or, la ville de Wuhan possède un tel laboratoire classé « BSL-4 » (haute dangerosité) ! Il n'en fallait pas plus pour voir apparaître toutes sortes de rumeurs invérifiables. Ces personnes prétendent également que le nombre de gens infectés et déjà décédés serait bien supérieur à celui annoncé par l'O.M.S.
Quoi qu'il en soit, je pense qu'il ne faut pas céder à la panique, tout en restant informé de l'évolution de cette épidémie, et prier pour que le Seigneur protège les siens.

Quand ce fléau va-t-il s'arrêter ?

Il est difficile de dire quand s'arrêtera cette épidémie. Si les autorités chinoises ont mis un certain temps à réagir au début de la contamination, les mesures de confinement et de quarantaine mises en place à présent sont tout à fait indiquées pour enrayer la progression de l'épidémie et tenter d'y mettre fin, en espérant qu'ils y parviennent !
C'est du reste cette façon de faire qui était préconisée dans la Bible, depuis plus de trois mille ans pour la lèpre et tout autre problème sanitaire contagieux :

« Il est impur aussi longtemps qu'il est atteint de son mal ; c'est pourquoi il doit avoir sa demeure à l'écart des autres gens, en dehors du camp » (Lév. 13 : 46).

Le quatrième cheval de couleur vert-pâle

Quelques-uns pensent que cette épidémie annoncerait l'ouverture du 4e Sceau. C'est étonnant comme la mémoire de certains peut être à ce point restreinte !
Si les épidémies font bel et bien partie de l'arsenal du 4e cavalier, ce Sceau est ouvert depuis bien plus longtemps qu'ils ne l'imaginent, et il ne représente pas uniquement les pestes (nom générique désignant les maladies et les épidémies).
Et contrairement à ce que d'autres affirment, ce 4e Sceau ne représente pas la montée de l'Islam radical, même si ce cheval est de couleur verdâtre. Cependant, les conflits, crimes et attentats perpétrés par les Djihadistes en font bien partie.
La Bible nous donne une description simple, mais exacte de ce que représente vraiment ce 4e Sceau :

« Je regardai et je vis un cheval de couleur verdâtre. Celui qui le montait se nommait la Mort, et il était suivi par celui qui représente le monde des morts. On leur donna le pouvoir sur le quart de la terre, pour faire mourir les hommes par l'épée, par la famine, par la maladie et par les bêtes sauvages de la terre. » (Apoc. 6 : 8).

Ce Sceau représente donc la mort d'une manière générale, et pas seulement celle due aux épidémies et aux maladies.

« - J'ai infligé à Jérusalem les quatre grands fléaux que sont la guerre, la famine, les bêtes féroces et la peste, de façon à exterminer les hommes et les bêtes. » (Ezék. 14 : 21).

En ouvrant un livre d'histoire, vous vous rendrez facilement compte que ces quatre fléaux que sont la guerre, la famine, les bêtes féroces et la peste sont présents depuis que le monde existe.
Lorsque l'apôtre Jean voit ce cheval verdâtre dans sa vision, il ne fait que mentionner les quatre fléaux majeurs responsables de la mort du quart de l'humanité, au moins depuis le premier siècle de notre ère jusqu’à nos jours.
Il est faux de croire que les sept Sceaux de l'Apocalypse ne s'ouvrent qu'à notre époque moderne. Plusieurs passages dans la Bible nous enseignent que certains d'entre-eux sont ouverts depuis que Jean a eu sa vision.

« le moment fixé pour tous ces événements est proche » (Apoc. 1 : 3). Et un peu plus loin :

« Écris donc ce que tu vois : aussi bien ce qui se passe maintenant que ce qui doit arriver ensuite. » (Apoc. 1 : 19).

Un indice mentionné dans ce 4e Sceau nous prouve d'ailleurs qu'il est ouvert depuis bien plus longtemps qu'à notre seule époque moderne. Il s'agit de la référence aux bêtes féroces. S'il est vrai que des animaux sauvages, comme les fauves, les crocodiles, les serpents, les buffles et autres bêtes tout aussi dangereuses, tuent chaque année un certain nombre de gens dans le monde, il paraît évident que l'on pouvait périr bien plus facilement par le passé sous les crocs et les griffes de ces animaux sauvages qu'aujourd'hui !

Mais pour ne parler que des épidémies, souvenez-vous de la grippe dite « espagnole », responsable de la mort d'au moins 50 millions de personnes entre 1918 et 1919. (Quelque 11 millions de gens avaient déjà péris lors de la Première guerre mondiale). Puis, les pestes du Moyen Âge dont celle au milieu du XIVe siècle qui a fait disparaître le tiers de la population européenne. Sans compter les pestes dites « antonine » et de « Justinien » à l'époque romaine et byzantine.
Quant à notre époque moderne, je vous rappelle que les grippes saisonnières tuent des dizaines de milliers de gens chaque année à travers le monde, le virus VIH (sida) continue aussi à faire des victimes. Puis, il y a Ebola en Afrique, la malaria et bien d'autres maladies qui sévissent partout dans le monde.

En fait, seule la comptabilité céleste sait ce que représente en chiffre le quart de l'humanité qui a perdu la vie par ces quatre fléaux du 4e cavalier, depuis que Jean a eu sa vision.

Illustration : extrait du tableau « Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse » de Viktor Vasnetsov, 1887, domaine public.

Février 2020
Jacquy Mengal

samedi 1 février 2020

L'avènement du Messie


Voici plus de dix ans que ce blog est ouvert, et je m'étonne de ne pas encore avoir rédigé un article sous ce titre, même si j'ai abordé ce sujet crucial à de nombreuses reprises dans d'autres écrits, ainsi que dans mon dernier bouquin.
Mais, d'emblée, ne comptez pas sur moi pour vous donner une date précise du retour du Messie Yéchoua (Jésus) sur terre, puisque l'Ecriture affirme qu'Il ne connait pas, Lui-même, le moment exact de sa venue !

« Cependant personne ne sait quand viendra ce jour ou cette heure, pas même les anges dans les cieux, ni même le Fils; le Père seul le sait. » (Matt. 24 : 36).

« - Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d'Israël ? Jésus leur répondit : - Il ne vous appartient pas de savoir quand viendront les temps et les moments, car le Père les a fixés de sa seule autorité. » (Actes 1 : 6-7).

Toutefois, le Très-Haut ne désire pas que nous soyons dans l'ignorance de ce qui va arriver et, depuis très longtemps, Il a donné à l'humanité des avertissements et les signes précurseurs du retour de son Fils dans de nombreuses prophéties de la Bible.

« A vrai dire le Seigneur Dieu ne fait rien sans révéler ses intentions à ses serviteurs les prophètes. » (Amos 3 : 7).

« -Ne tiens pas secrètes les paroles prophétiques de ce livre, car le moment fixé pour tous ces événements est proche. » (Apoc. 22 : 10).

Malheureusement, ces mises en garde ont généralement été rejetées par le monde qui les a toujours considérées avec indifférence, voire même avec ironie et sarcasme ! Seul un nombre restreint d'hommes et de femmes dispersés de par le monde y sont restés attentifs en obéissant à sa parole.
Mais encore faut-il savoir distinguer ces signes d'avertissement et en comprendre la signification, en évitant les manipulations de toutes ces sectes et les mensonges des nombreux faux enseignants !

« Ce qui s'est passé du temps de Noé se passera de la même façon quand viendra le Fils de l'homme. En effet, durant les jours qui précédaient la grande inondation, les gens mangeaient et buvaient, se mariaient ou donnaient leurs filles en mariage, jusqu'au jour où Noé entra dans l'arche ... » (Matt. 24 : 37-38).

« Sachez tout d'abord que, dans les derniers jours, apparaîtront des gens qui vivront selon leurs propres désirs. Ils se moqueront de vous et diront : ''Il a promis de venir, n'est-ce pas ? Et bien, où est-il ? ''... » (II Pierre 3 : 3-4).

« Alors Jésus se mit à leur dire : - Faites attention que personne ne vous trompe. Beaucoup d'hommes viendront sous mon nom et diront : ''Je suis le Messie !'' Et ils tromperont quantité de gens. » (Marc 13 : 5-6).

« Car de faux Messies et de faux prophètes apparaîtront ; ils accompliront des miracles et des prodiges pour tromper, si possible, ceux que Dieu a choisi. » (Marc 13 : 22).

Le Messie a-t-il dit qu'il reviendrait ?

Mais, posons-nous d'abord la question de savoir si le Messie a réellement dit qu'il reviendrait en personne sur terre pour régner ; ou s'il s'agit plutôt d'une métaphore pour essayer d'expliquer qu'il revient seulement dans « le cœur » des croyants ?
Voici ce que le Seigneur déclarait :

« Et après être allé vous préparer une place, je reviendrai et je vous prendrai auprès de moi, afin que vous soyez, vous aussi, là où je suis. » (Jean 14 : 3).

« En effet, le Fils de l'homme va venir dans la gloire de son Père avec ses anges, et alors il paiera chacun selon la façon dont il aura agi. » (Matt. 16 : 27).

« Ecoute, dit Jésus, je viens bientôt ! J'apporterai avec moi mes récompenses, que j'accorderai à chacun selon ce qu'il aura fait.» (Apoc. 22 : 12).

Le Seigneur a donc bien affirmé, et à plusieurs reprises, qu'il reviendrait dans toute sa gloire pour régner. Les prophètes et les anges ont également annoncés son retour :

« En ce temps-là, il se tiendra sur le mont des Oliviers, près de Jérusalem, à l'est de la ville ... » (Zach. 14 : 4).

« - Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous là à regarder le ciel ? Ce Jésus, qui vous a été enlevé pour aller au ciel, reviendra de la même manière que vous l'avez vu y partir. Les apôtres retournèrent alors à Jérusalem depuis la colline qu'on appelle mont des Oliviers. Cette colline se trouve près de la ville, à environ un kilomètre. » (Actes 1 : 11 à 12).

Notez toutefois que cet avènement se fera sans l'intervention ni l'effort des hommes !

« Tu as contemplé cette statue jusqu'au moment où une pierre s'est détachée de la montagne sans intervention humaine ; elle est venue frapper les pieds en fer et en terre cuite de la statue, et les a fracassés. » (Dan. 2 : 34).

(Pour ceux et celles qui ne comprendraient pas cette prophétie, la statue représente une succession d'empires ; la pierre symbolise le Messie qui brisera tous ces royaumes à la fin des jours, et les pieds mêlés de fer et d'argile représentent le dernier royaume humain présent au moment du retour du Messie.)

Son premier et second avènements étaient prophétisés

Si l'ensemble des croyants (Juifs et Chrétiens) sont unanimes pour reconnaître l'arrivée du Messie (Machia'h en hébreu) sur terre, certains n'ont pas compris que sa venue se ferait en deux étapes, soit : un premier avènement au cours duquel il ne s'opposerait pas au rejet des hommes et accepterait même d'être mis à mort pour supporter, à notre place, le salaire de nos péchés.

« ... le Christ est mort pour nos péchés, comme l'avaient annoncé les Écritures. » (I Cor. 15 : 3).

Puis, son second avènement, après sa résurrection, dans toute sa gloire et sa puissance pour régner sur l'humanité.

« Alors, le signe du Fils de l'homme apparaîtra dans le ciel ; alors, tous les peuples de la terre se lamenteront, ils verront le Fils de l'homme arriver sur les nuages du ciel avec beaucoup de puissance et de gloire. » (Matt. 24 : 30).

Sa naissance était annoncée :

« Et toi, Bethléem, Efrata, déclare le Seigneur, tu es une localité peu importante parmi celles des familles de Juda, mais de toi je veux faire sortir celui qui doit gouverner en mon nom le peuple d'Israël, et dont l'origine remonte aux temps les plus anciens. » (Michée 5 : 1) => (Matt. 2 : 6).

« Et bien, le Seigneur lui-même vous donne un signe : la jeune femme va être enceinte et mettra au monde un fils. Elle ne nommera Emmanuel, (Dieu avec nous). » (Esaïe 7 : 14) => (Matt. 1 : 23).

(Ici, le nom « Emmanuel » est a considérer comme un adjectif, puisque son nom était Yéchoua).

Son sacrifice également :

« Une bande de malfaiteurs m'encercle, ces chiens ne me laissent aucune issue ; ils m'ont lié pieds et mains. Je suis tellement amaigri que je pourrais compter tous mes os. Mes adversaires me regardent fixement, ils se partagent mes habits, ils tirent au sort mes vêtements. » (Ps. 22 : 17-19) => (Jean 19 : 24).

Son sacrifice, puis son règne :

« Mon serviteur, dit le Seigneur, va obtenir un plein succès et recevoir les plus grands honneurs. La plupart, en le voyant, ont été horrifiés, tant son visage était défiguré, tant son aspect n'avait plus rien d'humain. Et maintenant bien des étrangers sont stupéfaits à son sujet, des rois ne savent plus que dire ... » (Esaïe 52 : 13 à 15, puis tout le chapitre d'Esaïe 53).

« En ce temps-là, dit le Seigneur, j'interviendrai pour détruire toutes les nations qui viendront attaquer Jérusalem. J'animerai les descendants de David et les habitants de Jérusalem d'un esprit de bonne volonté et de prière. Ils regarderont à moi, à cause de celui qu'ils ont transpercé. Ils pleureront sur lui comme on pleure à la mort d'un fils unique, ils se lamenteront amèrement, comme lorsqu'on perd un fils premier-né. » (Zach. 12 : 9-10) => (Jean 19 : 37 et Apoc. 1 : 7).

Son règne à venir :

« 1 Un rameau sort du vieux tronc de Jessé, un rejeton pousse de ses racines. 2 L'Esprit du Seigneur est sans cesse avec lui (...) 3 Honorer le Seigneur sera tout son plaisir (...) 4 Il rendra justice aux défavorisés (...) Sa parole, comme un bâton, frappera le pays, sa sentence fera mourir le méchant. (...) 9 On ne commettra ni mal ni dommage sur toute la montagne sainte du Seigneur, car la connaissance du Seigneur remplira le pays aussi parfaitement que les eaux recouvrent le fond des mers. 10 Ce jour-là, le descendant de Jessé sera comme un signal dressé pour les peuples du monde. Les nations viendront le consulter. Et du lieu où il s'établira rayonnera la gloire de Dieu. » (Esaïe 11 : 1 à 10) => (Apoc. 5 : 5 et 22 : 16).

(Jessé était le père de David : I Samuel 16 : 19)

« 1 L'homme me conduisit à la porte orientale. Je vis alors la glorieuse présence du Dieu d'Israël venir de l'est. (...) 7 Le Seigneur me dit : - Toi qui n'es qu'un homme, regarde ce lieu : là est mon trône, c'est là que je pose les pieds. Je vais y demeurer parmi les Israélites pour toujours. » (Ezékiel 43 : 1 et 7).

« A l'époque de ces rois-là, le Dieu du ciel établira un royaume qui ne sera jamais détruit et dont la souveraineté ne passera jamais à une autre nation ... » (Dan. 2 : 44).

« ... un être semblable à un homme arrivait parmi les nuages du ciel. Il s'avançait en direction du vieillard, devant lequel on le conduisit. La souveraineté, la gloire et la royauté lui furent données, afin que les populations de tous pays, de toutes nations et de toutes langues le servent. Sa souveraineté durera éternellement, elle n'aura pas de fin, et son royaume ne sera jamais détruit. » (Dan. 7 : 13-14).

A quel moment reviendra-t-il alors ?

Certes, nous ne connaissons ni le jour ni l'heure de son retour, mais la Bible nous donne de nombreux détails concernant ce moment, ainsi que plusieurs chronologies qui se recoupent et se complètent parfaitement.
S'il ne reviendra pas en secret ou caché comme certains le prétendent, son avènement sera toutefois une surprise pour un grand nombre d'êtres humains, malgré l'avertissement ultime qui aura été donné par les Deux témoins :

« Car vous savez très bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra de façon aussi imprévisible qu'un voleur pendant la nuit ». (I Thess. 5 : 2).

« J'enverrai mes deux témoins, habillés d'étoffes grossières, et ils transmettront le message de Dieu pendant ces mille deux cent soixante jours. » (Apoc. 11 : 3).

« Cette Bonne Nouvelle du Royaume sera annoncée dans le monde entier pour que le témoignage en soit présenté à tous les peuples. Et alors viendra la fin. » (Matt. 24 : 14).

Il y a effectivement de moins en moins de gens qui croient au Dieu de la Bible. Puis il y a plusieurs milliards d'êtres humains qui ne font pas partie du « peuple du Livre » (la Bible) et qui, de ce fait, ne sont pas au courant de l'existence même du Créateur. Ces gens, pour la plupart, ne sont pas nécessairement mauvais ou perdus, mais ils ignorent qui Il est, et ils seront forcément surpris du retour du Messie, son Fils.
Car, son retour sera, en effet, visible par tous les habitants de la terre, et il sera, en outre, spectaculaire !

« Comme l'éclair brille à travers le ciel de l'est à l'ouest, ainsi viendra le Fils de l'homme. » (Matt. 24 : 27).

« Regardez, il vient parmi les nuages ! Tout homme le verra, même ceux qui l'ont transpercé. » (Apoc. 1 : 7).

Notez que cette prophétie était incomprise, jusqu'à l'invention de la télévision et, à présent, d'internet qui permettent à chacun de voir ce qui se passe aux quatre coins du monde en un instant.

Quelles sont ces chronologies ?

Ces différentes chronologies du temps de la fin se trouvent d'abord dans le livre de l'Apocalypse, avec l'ouverture des Sept sceaux. Ces événements décrits dans les Sceaux sont eux-mêmes corroborés et repris dans les évangiles.
Puis, le livre de Daniel nous fournit également une prophétie célèbre dite des « Septante semaines », où les derniers jours totalisent une période de sept ans (la dernière semaine d'années). De nombreux autres passages des Écritures peuvent également être mis en parallèle avec ces chronologies et les événements qui y sont rapportés.
Il serait bien évidemment trop long de faire cette étude ici, dans cet article, mais sachez cependant que le Seigneur ne reviendra pas avant la fin de cette dernière semaine de sept ans prophétisée au chapitre neuf du livre de Daniel.
Sa venue coïncidera avec la première résurrection (des élus) au son de la septième et dernière trompette.

« Puis le septième ange sonna de la trompette. Des voix fortes se firent entendre dans le ciel; elles disaient : '' Le pouvoir de régner sur le monde appartient maintenant à notre Seigneur et à son Messie, et il régnera pour toujours !''» (Apoc. 11 : 15).

«Voici en effet ce que nous déclarons d’après un enseignement du Seigneur : nous qui serons encore vivants quand le Seigneur viendra, nous ne précéderons pas ceux qui seront morts. On entendra un cri de commandement, la voix de l’archange et le son de la trompette de Dieu, et le Seigneur lui-même descendra du ciel. Ceux qui seront morts en croyant au Christ reviendront à la vie en premier lieu ; ensuite, nous qui serons encore vivants à ce moment-là, nous serons enlevés avec eux dans les nuages pour rencontrer le Seigneur dans les airs. Et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. » (I Thess. 4 : 15-17).

Un second avènement différent du premier !

Il est certain que le Messie ne reviendra plus pour subir le mépris et la méchanceté des êtres humains car, cette fois, il revient dans une grande colère à cause des nombreux crimes, vols et injustices de toutes sortes commis depuis des siècles par les humains !

« J'interviendrai dit le Seigneur, contre la méchanceté du monde, contre les crimes des méchants. Je mettrai fin à l'orgueil des insolents, et je rabattrai la fierté des tyrans. Je rendrai les humains plus rares que l'or fin, plus rares que l'or d'Ofir. » (Esaïe 13 : 11 à 12). Voir aussi Esaïe 5 : 8-25.

« 15 Les rois de la terre, les dirigeants, les chef militaires, les riches, les puissants, et tous les autres hommes, esclaves ou libres, se cachèrent dans les cavernes et parmi les rochers des montagnes. 16 Et ils disaient aux montagnes et aux rochers : ''Tombez sur nous et cachez-nous loin du regard de celui qui est assis sur le trône et loin de la colère de l'Agneau. 17 Car le grand jour de leur colère est arrivé et qui pourrait lui résister ?'' » (Apoc. 6 : 15-17) => (Esaïe 2 : 6-22).

«15 Voici en effet le Seigneur : il arrive dans un feu, ses chars sont comme l'ouragan. Rempli d'indignation, il vient exercer sa colère et réaliser sa menace dans un bouquet de flammes. 16 C'est par le feu et par l'épée que le Seigneur se fera juge contre tous les humains. Il y aura beaucoup de victimes » (Esaïe 66 : 15-16).

« Il viendra dans un feu flamboyant, pour punir ceux qui ne connaissent pas Dieu et qui n'obéissent pas à la Bonne Nouvelle de notre Seigneur Jésus. » (II Thes. 1 : 8).

« Car le Seigneur votre Dieu est un feu qui détruit, il exige d'être votre seul Dieu » (Deut. 4 : 24)

« En effet, notre Dieu est un feu qui détruit » (Héb. 12 : 29).

Février 2020
Jacquy Mengal