Présentation :

La Bible est-elle vraiment inspirée ? L'accomplissement exact de nombreuses prophéties depuis des siècles confirme son authenticité. La Bible révèle notre passé, notre présent et notre avenir; à nous de les découvrir !
Sauf mention contraire, les citations bibliques sont tirées de la Bible en français courant éditée par l'Alliance Biblique Universelle, 1983. A ceux qui désirent copier et publier des articles, je leur demande de mentionner le titre et le lien URL de l'article, ainsi que le nom de l'auteur. Les commentaires anonymes et non signés ne seront plus publiés. Merci et bonne lecture.

vendredi 4 octobre 2013

Sommes-nous judaïsants ?

Introduction
 
Récemment, en cherchant des informations sur Internet, mon attention a été attirée par une vidéo postée par un pasteur évangélique. Par respect de l'anonymat de cette personne, je dirais seulement qu'il s'agissait d'une vidéo mettant en garde les églises contre les « pratiques judaïsantes » ...
 
Bien que ce pasteur n'ait jamais été soupçonné d'antisémitisme, il déclarait que les Juifs qui reconnaissent le Seigneur (Jésus-Christ) comme étant le Messie ne sont plus tenus de respecter les fêtes juives car, selon lui, « la loi est abolie ».

De plus, il affirma que le Juif converti au christianisme n'était plus vraiment Juif, mais Chrétien et qu'il était préférable pour lui de ne pas rejoindre les assemblées messianiques, puisque, selon lui, celles-ci ont des « pratiques judaïsantes ».
 
Je dois bien avouer que j'ai été très surpris d'entendre une telle déclaration de la bouche d'un pasteur qui écrit en général d'excellents articles bibliques pondérés et bien argumentés.
 
En réponse à ces propos, permettez-moi d'abord de préciser qu'être Juif, ce n'est pas seulement et/ou uniquement être adepte du judaïsme et se rendre à la synagogue chaque shabbat. Sigmund Freud qui était un non-croyant convaincu n'a jamais renié sa judaïté !
 
Être Juif, c'est aussi (et peut-être avant tout) appartenir à un peuple, à une descendance, à une culture et c'est avoir des racines.
De cette façon, si un Juif se convertit au christianisme (ou tout autre religion), il reste Juif !
 
Qu'est ce que judaïser ?
 
Une des premières mentions du terme « judaïser » se trouve dans la Lettre aux Galates, au chapitre 2, et concerne principalement la polémique autour de la circoncision et du comportement relationnel entre les chrétiens Juifs et non-Juifs :
 
« Eh bien ! Tite mon compagnon, qui est Grec, n'a pas même été obligé de se faire circoncire, malgré des faux frères qui s'étaient mêlés à nous et voulaient le circoncire ... » (Gal. 2 : 3-4).
 
« Voyant qu'ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l'Évangile, je dis à Céphas, en présence de tous : Si toi qui es Juif, tu vis à la manière des païens et non à la manière des Juifs, pourquoi forces-tu les païens à judaïser ?» (Gal. 2 : 14, version L. Segond).
 
A une autre occasion, cette expression se rencontre dans le décret formulé au concile de Laodicée convoqué par les « pères » de l'Église en 364. Et manifestement, dans ce cas-ci, le terme « judaïser » est utilisé abusivement ! Parmi les canons énoncés, voici ce que dit le canon 29 :
 
« Les chrétiens ne doivent pas judaïser en se reposant le jour du sabbat, mais ils doivent travailler en ce jour en honorant plutôt le jour du Seigneur {dimanche} en se reposant ».
 
Cette déclaration faite lors du concile de Laodicée n'a fait qu'entériner le décret du 7 mars 321 par lequel l'Empereur Constantin déclara :
 
« Au jour vénérable du soleil {dimanche}, que les magistrats et les habitants se reposent et que tous les ateliers soient fermés ... ».
 
S'il est exact qu'il n'est plus nécessaire pour un nouveau converti de se faire circoncire, le respect du shabbat et des fêtes bibliques n'a jamais été supprimé, comme d'aucuns voudraient le faire croire, puisqu'il représente le 4e commandement.
 
« Si un homme était circoncis lorsqu'il a reçu l'appel de Dieu, il ne doit pas chercher à supprimer le signe de la circoncision; si un homme était incirconcis lorsqu'il a reçu l'appel de Dieu, il ne doit pas se faire circoncire. Être circoncis ou ne pas l'être n'a pas d'importance : ce qui importe, c'est d'obéir aux commandements de Dieu. » (I Cor. 7 : 18).
 
Est-ce judaïser que de respecter le shabbat ?
 
Le shabbat représente pour les Juifs le véritable jour d'adoration du Dieu d'Israël, mais ce n'est pas eux qui ont inventé cette fête. C'est le Créateur de l'univers, lui-même, qui a institué cette fête hebdomadaire :
 
« Dieu, après avoir achevé son œuvre, se reposa le septième jour de tout son travail. Il fit de ce septième jour un jour béni, un jour qui lui est réservé, car il s'y reposa de tout son travail de Créateur. » (Gen. 2 : 2-3/Hébreux 4 : 4).
 
Le repos du shabbat n'est donc pas une fête réservée exclusivement au Juifs, mais à tout homme qui désire respecter la loi divine. Le shabbat n'a donc jamais été supprimé ou remplacé par un autre jour de culte :
 
« Jésus leur dit encore : - Le sabbat a été fait pour le bien de l'homme; l'homme n'a pas été fait pour le sabbat. C'est pourquoi, le Fils de l'homme est maître même du sabbat. » (Marc 2 : 27-28).
 
« Ne pensez pas que je sois venu pour supprimer la loi de Moïse et l'enseignement des prophètes. Je ne suis pas venu pour les supprimer mais pour leur donner leur véritable sens. Je vous le déclare, c'est la vérité : aussi longtemps que le ciel et la terre dureront, ni la plus petite lettre ni le plus petit détail de la loi ne seront supprimés, et cela jusqu'à la fin de toutes choses. » (Mat. 5 : 17-18).
 
Quant à Paul, l'apôtre des non-Juifs, il gardait le shabbat et il ne l'a jamais remplacé par un autre jour de culte pour faire plaisir aux non-Juifs :
 
« 42 Quand Paul et Barnabas sortirent de la synagogue, on leur demanda de revenir au prochain jour de sabbat pour parler de ce même sujet (...) 44 Le jour du sabbat suivant, presque toutes la population de la ville s'assembla pour entendre la parole du Seigneur. » (Actes 13 : 42 et 44).
 
De la même façon, les sept fêtes bibliques sont des shabbats annuels qui seront toujours célébrés durant le Millénium :
 
« En ce temps-là, les survivants des nations qui ont attaqué Jérusalem se rendront chaque année dans cette ville, pour adorer le Seigneur, le roi de l'univers, et pour célébrer la fête des Huttes. » (Zacharie 14 : 16).
 
Faudrait-il donc paganiser ?
 
Serez-vous étonnés d'apprendre que ces gens qui clament haut et fort « qu'il ne faut plus judaïser » sont souvent des trinitaires convaincus, fervents défenseurs du respect du dimanche et de fêtes issues du paganisme comme la fête de Noël.

Ces gens refusent également de reconnaître la vérité concernant les promesses prophétiques d'un rassemblement des descendants d'Israël et de Juda, ainsi que la restauration du Royaume Israël durant l'époque messianique.
 
Non, mes amis, respecter le repos du shabbat et les fêtes bibliques (improprement appelées « fêtes juives ») ce n'est pas « judaïser », c'est tout simplement faire la volonté du Dieu d'Israël qui est révélée dans sa Parole écrite (la Bible).

Qui plus est, le respect du shabbat est un signe et une marque de reconnaissance du véritable peuple de Dieu :
 
« J'instituai le jour du sabbat pour manifester la relation qui les uni à moi et leur rappeler que moi, le Seigneur, je les consacre à mon service. » (Ezékiel 20 : 12, 20).
 
« Si nous obéissons aux commandement de Dieu, alors nous savons que nous connaissons Dieu. Si quelqu'un affirme : 'Je le connais', mais n'obéit pas à ses commandements, c'est un menteur et il n'y a pas de vérité en lui. » (I Jean 2 : 3-4).
 
Appel à la repentance
 
Mes amis, est-il si difficile de comprendre que le Dieu du Premier Testament est le même que celui du Nouveau ? Pensez-vous que c'est Lui qui a changé le jour de la semaine où l'on doit le célébrer ? Et croyez-vous qu'il a rejeté son peuple qu'il s'était choisi dès le début ? ...
 
« Dieu n'a pas rejeté son peuple, qu'il s'est choisi d'avance ... » (Romains 11 : 2).
 
Permettez-moi de vous dire, à mon tour, qu'il est grand temps que le christianisme se repente ; qu'il reconnaisse s'être laissé envahir par une multitude de fausses doctrines et de pratiques issues du paganisme le plus sombre.
 
Si vous voulez aider le monde juif à reconnaître son Messie Yéchoua (celui que vous appelez du nom gréco-latin de Jésus-Christ), commencez d'abord par admettre que le salut vient des Juifs :
 
« Vous, les Samaritains, vous ne connaissez pas ce que vous adorez; nous, les Juifs, nous connaissons ce que nous adorons, car le salut vient des Juifs. » (Jean 4 : 22, parole de notre Seigneur lui-même).
 
Ce sont les Juifs qui détiennent les oracles de Dieu et c'est sur eux, l'olivier franc, que nous sommes greffés :
 
« Y a-t-il alors un avantage à être Juif ? La circoncision a-t-elle une valeur ? L'avantage est grand, à tous égards. Et d'abord, c'est aux Juifs que Dieu a confié ses paroles. » (Rom. 3 : 1-2).
 
« Le peuple d'Israël est comme un olivier cultivé dont quelques branches ont été coupées; toi qui n'es pas juif, tu es comme une branche d'olivier sauvage greffée à leur place : tu profites maintenant aussi de la racine qui nourrit l'olivier cultivé. C'est pourquoi, tu ne dois pas mépriser les branches coupées. Comment pourrais-tu te vanter ? Ce n'est pas toi qui portes la racine, mais c'est la racine qui te porte. » (Rom. 11 : 17-18).
 
Moi, qui ne suis pas Juif (peut-être descendant israélite, mais je ne peux pas le prouver et cela n'est pas très important !), j'ai accepté ces vérités et j'ai entrepris ce chemin du retour vers les véritables racines de ma foi chrétienne. Et ces racines ne sont pas latines ou grecques; non, elles sont hébraïques et elles me rattachent à ce peuple juif, ce peuple frère, même si pour l'instant une partie d'Israël ne reconnaît pas le Messie Yéchoua.
 
« ... une partie du peuple d'Israël est devenue incapable de comprendre, mais cela ne durera que jusqu'à ce que l'ensemble des autres peuples soit parvenu au salut. Et voilà comment tout Israël sera sauvé, comme le déclare l'Écriture ... » (Rom. 11 : 25-26).
 
Mais posons-nous la question de savoir si ce n'est pas un peu à cause des chrétiens, qui ont développé une haine antisémite depuis le début, que le peuple juif a tant de méfiance et de réticence lorsqu'on leur parle de conversion ? Et de quelle conversion parle t-on ?
 
Le peuple juif sait que YHWH n'est pas une trinité, il sait que la Torah donnée sur le mont Horeb est éternelle et il sait très bien que le Seigneur n'a pas changé la Loi ni les temps ! Les Juifs savent que le shabbat est le jour choisi par le Créateur et qu'il ne l'a jamais changé pour un autre jour de culte.

Alors, pourquoi voudriez-vous qu'ils se convertissent à une religion qui, se prétendant monothéiste, s'est amalgamée depuis le début au paganisme gréco-romain; une religion qui a souvent été du côté de l'oppresseur, que ce soit au Bas-empire romain, au Moyen-âge ou à la Renaissance.
 
Non, les croyants messianiques ne judaïsent pas, ils essayent simplement d'obéir au Dieu d'Israël, comme l'ont fait avant eux tous ces croyants fidèles qui ont subi les foudres de cette abominable Inquisition. Puisse l'Éternel des Armées leur donner la paix et les promesses messianiques qui leur reviendront bientôt :
 
« L'un des anciens me demanda : - Qui sont ces gens habillés de robes blanches et d'où viennent-ils ? (...) - Ce sont ceux qui ont passé par la grande persécution. Ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l'Agneau. » (Apoc. 7 : 13-14).
 
Salutation et cordial shalom

Jacquy Mengal

11 commentaires:

  1. Jacquy je suis très contente de lire un tel article !!! merci pour les mises au point ! la parole de D; est la vérité, et personne ne peut contredire la parole de D.
    je voudrais juste dire et c'est une conviction personnelle, Si nous savons que nous avons des racines juives, mm sans pouvoir le prouver matériellement, la parole dit que toutes les alliances, les promesses, appartiennent au peuple juif, dont nous faisons parti. Alors j'ose dire pour ma part, que nous avons l'obligation voir le devoir, de nous conformer aux lois non abolies, comme la circoncision, ou les fêtes. Car tout cela nous a été volé, !!! sans doute à cause du péché de nos ancêtres... Osée nous dit que le Seigneur nous a enlevé les shabbats, les fêtes, les lunes, à cause du péché et que nous avons été dispersés. Le retour vers le D. d'Israel implique que nous soyons aussi cohérents avec nos actes et nos pensées, envers celui qui nous a tant aimé et ordonné d'obéir à ses commandements. Nous avons perdu la richesse de notre racine de la foi, et l'identité par laquelle nous savons qui nous sommes. c'est ainsi qu'on peut guérir en profondeur, et qu'après on peut honorer pleinement, notre marche avec notre D. des miracles et des prodiges. Bien entendu tout doit être UNE CONVICTION au risque de peché si cela n'en est pas une. Bon courage à tous ceux qui cherchent qui ils sont, car Celui qui cherche trouve. Ton article permet la reflexion et je prie que beaucoup se retrouvent et se réconcilient avec eux mm et leur Seigneur, D.ieu d'Abraham d'Isaac et Yaakov ! Déborah

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire, chère Déborah, et à bientôt.
      Shalom.
      Jacquy Mengal

      Supprimer
  2. Je suis d'accord avec ce qui est dit dans cet article. C'est cette même conviction que j'essaie de faire passer à travers mon Blog !
    Christian Douce.

    http://messianisite.over-blog.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien à toi, Christian et merci pour ton commentaire.
      Shalom
      Jacquy Mengal

      Supprimer
  3. Trinité: 3 dieux distincts, ce que l'on appelle communément : esprit de substitution gréco-romain, ou théologie de remplacement.
    D.IEU est un D.IEU à unité composée" 3 en 1" Père- Fils -Esprit la Sainte ou ROUA_H HA KOSEH" ou encore D.IEU tri-unitaire.
    Un exemple simple: Le soleil est un astre, cependant il a 3 fonctions principales,
    il éclaire- il réchauffe la terre- il produit de l'énergie, tout ceci en un seul astre( pardonnez la comparaison, mais ceci afin de donner une compréhension de D.IEU)
    D.IEU est ESPRIT le Père- la mère ROUA_HA KODESH et le Fils Y'SHUA.
    Cordial SHALOM.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le concept de trinité vient du paganisme gréco-romain et a été introduit dans l'Eglise au deuxième siècle. Dans Apoc. 21 : 22, il est écrit : "Je ne vis point de temple dans la ville; car le Seigneur Dieu tout-puissant est son temple, ainsi que l'Agneau.". Pourquoi ne parle t-on pas de l'Esprit ? Réponse : parce qu'il ne s'agit pas d'une troisième personne, mais bien de la force, de la puissance qui émane de Dieu.
      Salutations.
      Jacquy Mengal

      Supprimer
    2. Merci mon AMI d'apporter encore cette précision!

      CORDIAL SHALOM

      Supprimer
  4. Merci pour votre article juste et concis, je suis chrétienne messianique, vous nous partagez des vérités essentielles, ce que Dieu dépose dans mon coeur.
    Que par l'Esprit du Seigneur Jésus Yeshoua, nombreux soient les chrétiens qui vont recevoir la vérité dans leur coeur.
    Soyez béni.
    Catli

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre commentaire chère Catli. Soyez également bénie.
      Jacquy Mengal

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Merci à vous et à bientôt.
      Jacquy Mengal

      Supprimer