Présentation :

La Bible est-elle vraiment inspirée ? L'accomplissement exact de nombreuses prophéties depuis des siècles confirme son authenticité. La Bible révèle notre passé, notre présent et notre avenir; à nous de les découvrir !
Sauf mention contraire, les citations bibliques sont tirées de la Bible en français courant éditée par l'Alliance Biblique Universelle, 1983. A ceux qui désirent copier et publier des articles, je leur demande de mentionner le titre et le lien URL de l'article, ainsi que le nom de l'auteur. Les commentaires anonymes et non signés ne seront plus publiés. Merci et bonne lecture.

mardi 22 décembre 2009

Grippe porcine, appellation d'origine incontrôlée!

Depuis le début du printemps 2009, un nombre toujours croissant de pays est confronté à un nouveau virus grippal qui a fait son apparition au Mexique.(1)
En peu de temps, la menace d’une épidémie à l’échelle mondiale a été évoquée par les spécialistes et de nombreux pays ont déjà mis en place des mesures de préventions adéquates pour faire face à un risque réel de pandémie.

A ce jour (le 20 mai 2009), l’OMS recense 10 243 personnes infectées à travers 40 pays et 80 malades sont déjà décédés.

Le virus responsable

Ce virus influenza est du type A, sous-type H1N1; et quoiqu’il soit différent de celui de la grippe saisonnière, il n’en est pas moins très pathogène pour l’homme.

Vraisemblablement, le virus provient d’élevages de porcs (d’où son nom de grippe porcine) où il contamine fréquemment ces animaux élevés en grand nombre.
Normalement, cet agent pathogène n’infecte que le porc, mais il peut arriver, comme c’est malheureusement le cas cette fois-ci, que le virus franchisse la barrière de l’espèce et touche l’être humain.
En fait, le porc, véritable réservoir de virus, bactéries et autres parasites, est capable de recombiner différentes souches de virus grippaux (aviaires et humaines) pour produire un agent transmissible à l’homme.
C’est déjà ce type de virus (A/H1N1) qui était à l’origine de la tristement célèbre grippe espagnole de 1918-19 qui fut responsable de la mort de 30 à 40 millions de personnes à travers le monde.

La grippe porcine devient mexicaine …

Face à la menace d’un boycott de la consommation de viande de porc, les autorités européennes ont décidé, à la fin du mois d’avril, de changer le nom de cette grippe et de l’appeler désormais grippe « mexicaine » afin d’éviter tout préjudice à l’ensemble d’un secteur économique très lucratif lié de près ou de loin au porc.

Bien sûr, on nous assure qu’il n’y a aucun danger à manger de la viande de porc et certains affirment même qu’il n’existe aucun lien entre le porc et cette grippe qui porte néanmoins, à l’origine, le nom de grippe porcine !

On peut espérer que la pandémie annoncée n’ait pas lieu et que le virus s’endorme pendant un certain temps ou pour toujours.
Il se peut également qu’il soit moins virulent que prévu ou que l’on parvienne à mettre au point un vaccin assez rapidement.
Cependant, plusieurs scientifiques ont déjà mis l’OMS et les autorités sanitaires en garde contre un réveil du virus cet hiver qui pourrait être potentiellement plus virulent.

Si les pays riches, bien équipés sur le plan sanitaire et médical, peuvent faire face à cette pandémie sans trop de dommages, les régions du monde plus pauvres seront certainement beaucoup plus affectées par la maladie.

Il est vrai que la consommation de viande de porc ne transmet pas la maladie, mais il faut tout de même admettre que c’est bien le porc (vivant) qui est le vecteur de transmission de cette grippe A/H1N1.(2)
Au lieu de rassurer les consommateurs et l’ensemble de la filière porcine mondiale, ne serait-il pas plus raisonnable de se demander si l’élevage et la consommation de porcs demeurent une bonne chose pour l’être humain ?

Depuis bien longtemps, le Judaïsme, et ensuite l’Islam, avaient proscrit la consommation du porc et d’autres animaux dits impurs.
Le Créateur qui est sensé être vénéré par plus d’un tiers de la population mondiale avait pourtant donné à l’homme, dès le début, l’instruction de s’abstenir de manger des animaux impurs dont le porc :

« …ainsi vous considérerez comme impurs les animaux suivants : … le porc, car il a des sabots fendus, mais il ne rumine pas. Ne consommez pas la viande de ces animaux-là et ne touchez même pas leurs cadavres ; considérez-les comme impurs. » (Lévitique 11 : 4-8, voir aussi Deutéronome 14 : 8).

Le porc est un animal qui ne convient pas à l’alimentation. Son élevage et sa consommation engendrent des problèmes sanitaires. A l’origine, cet animal avait un rôle d’éboueur. Mais, l’homme s’est très vite aperçu qu’il engraissait rapidement et à peu de frais, puisqu’il peut se contenter de manger des détritus.
Ainsi, très tôt, l’homme, cupide et vorace, a domestiqué le porc, puis après de nombreuses sélections, il l’a élevé en masse pour sa propre alimentation.

Il faut reconnaître que l’élevage et la consommation du porc ne sont pas sans risques car l’animal peut être porteur de nombreuses pathologies.
De par son élevage, outre la pollution et les nuisances générées par son lisier, il peut transmettre : la peste porcine (non zoonose)(3), le Rouget du porc ou Erysipelas porcin (zoonose), la Brucellose au fièvre ondulante (zoonose), la maladie d’Aujeszky ou rage porcine (non zoonose), la maladie de Teschen (non zoonose), le streptocoque du porc (zoonose), le virus Nipah (zoonose), la dysenterie balantidienne (zoonose), la maladie vésiculeuse du porc (zoonose), le virus influenza (grippe) (parfois zoonose), etc. (4)

Par sa consommation, il peut transmettre : la trichinose, le ver rond, le ver solitaire (ténia et autres vers), la neurocysticercose, le streptocoque porcin, l’hépatite E, la dysenterie balantidienne, la bactérie Yersinia enterocolitica, etc.; sans parler des maladies plus ou moins graves liées à la consommation de graisses animales surtout présentes dans la viande de porc et les charcuteries.

Bien sûr, les bovins, les ovins et la volaille ne sont pas épargnés par certaines maladies, mais le porc, qui est un réservoir naturel de maladies, est plus souvent touché par un plus grand nombre de germes pathogènes.

Grâce à l’observance des lois alimentaires enseignées dans la Bible, on aurait pu éviter depuis longtemps bon nombre de maladies et d’infirmités dont souffrent tant de gens de part le monde. Et contrairement à ce que proclament certains, ces lois alimentaires n’ont pas été abolies par Jésus-Christ lors de sa venue.(5)

Dans la Bible, le porc a toujours été considéré comme un animal impur et comme le symbole de la bassesse, de la grossièreté et même de l’obscénité (Esaïe 65 : 1-4 ; Proverbes 11 : 22 ; Matthieu 7 : 6 ; Marc 5 : 1-13 et II Pierre 2 : 22).
D’ailleurs, lors du second avènement de notre Seigneur, sa colère n’épargnera pas ceux qui consomment de la viande de porc et pratiquent l’idolâtrie :

« Voici en effet le Seigneur : il arrive dans un feu, ses chars sont comme l’ouragan. Rempli d’indignation, il vient exercer sa colère et réaliser sa menace dans un bouquet de flammes.
C’est par le feu et par l’épée que le Seigneur se fera juge contre tous les humains. Il y aura beaucoup de victimes : je parle ici des gens qui se purifient spécialement pour entrer dans certains jardins, où ils viennent se placer derrière celui qui est au centre, de ceux qui mangent du porc, ou bien du rat, choses abominables.
C’est gens-là finiront d’un seul coup, c’est le Seigneur qui l’a dit
» (Esaïe 66 : 15-17).

Nous vivons à une époque où de nombreux problèmes menacent la sécurité et le bien-être de toute l’humanité. N’est-il pas urgent de changer enfin nos habitudes (notamment alimentaires) et d’adopter un comportement plus sain et plus respectueux des autres et de nous-mêmes ?

Notes :

1-Le premier cas atteint de la grippe A/H1N1 a été diagnostiqué à Mexico le 18 mars 2009.

2-Voir article de presse du 27/04/09 sur le site internet : http.//www.lesechos.fr/info/agro/4858234-le-porc-réservoir-de-nouveaux-virus-grippaux.h…

3-Zoonose = transmissible de l’animal à l’homme par l’élevage et/ou la consommation.

4-Voir dictionnaire des Sciences Animales, Meyer C., éd. Sc. 2009.

5-Dans l’évangile de Matthieu, chapitre 15, versets 10 à 20, l’impureté dont il est question vient de la négligence du rituel du lavement des mains.
- Dans I Corinthiens 8, le problème concerne les viandes consacrées aux idoles. Cette pratique n’est plus d’actualité.
- Dans Actes 10 : 10-29, la vison de l’apôtre Pierre dans laquelle une voix lui dit de manger des animaux impurs est une métaphore dont l’explication donnée au verset 28 signifie l’ouverture de l’évangile aux païens.
 
(Message envoyé aux Institutions européennes compétentes en la matière et à l'OMS.)

Le 20 mai 2009
Jacquy Mengal

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire